« Les marionnettistes Ilka Schönbein et Laurie Cannac (…) déjouent les nombreux détours du récit tout en renforçant la force de la fable avec une série de métamorphoses fascinantes. Sur un plateau nu, (…) la mise en scène d’Ilka est d’une précision remarquable, sans lyrisme malvenu, et l’interprétation de Laurie magnétique. Les marionnettes sont d’une beauté si troublantes qu’on les croit humaines. » Télérama

Jeudi 16 octobre 2014

19h00

Au théâtre

Séances scolaires :

Jeudi 16 octobre 2014

14h00

Vendredi 17 octobre 2014

9h30

À partir de 8 ans
1h00

QUEUE DE POISSONNE

Mi-monstrueuse, mi-séduisante

Adaptation de « La Petite sirène » d’Andersen, Queue de poissonne nous plonge aux tréfonds des océans et des mythes. Tour à tour sirène, sorcière, prince et parfois même plusieurs à la fois, elle la marionnettiste fantasque nous emporte dans les méandres de l’amour ! Personnages doubles, jeux de miroirs et autres métamorphoses composent ainsi des formes de marionnettes sensibles et surprenantes.
Au cœur de cette histoire se joue le récit d’un amour d’enfance capable de tout donner, confronté à l’impossibilité d’être accepté par l’autre. La jeune sirène est prête à se transformer totalement pour conquérir son prince et va jusqu’à sacrifier une partie d’elle-même, sa queue de poissonne. Mais malgré ses efforts, le prince ne reconnaîtra pas en elle la femme qu’il pourrait aimer… Évoquant la difficulté d’assumer sa différence, Queue de poissonne conte le récit d’une sirène mi-monstrueuse, mi-séduisante, symbole de l’inconscient féminin tentant d’émerger à la surface et d’apprivoiser ses différents visages. C’est aussi l’équilibre précaire du masculin et du féminin qui se joue ici, se cherchant sans totalement s’apprivoiser.

Le spectacle donnent vie à la figure mythique de la sirène, se débattant au milieu des émotions contradictoires de l’amour. L’univers plastique d’Ilka Schönbein, d’une inventivité rare, crée des images d’une justesse bouleversante tandis que Laurie Cannac, seule en scène, nous livre une véritable performance, manipulant ses marionnettes en un corps à corps impressionnant. L’univers musical tout en finesse d’Alexandra Lupidi, jouant avec théâtralité de sa voix et de l’accordéon, habille enfin le spectacle de sa présence intense. Enfin, l’ambiance sonore faite de partitions d’accordéon et de travail sur la voix accentue l’intensité dramatique de la fable.

Mise en scène : Ilka Schönbein Assistée de : Brita Arste Manipulation et jeu :  Laurie Cannac Marionnettes : Ilka Schönbein et Laurie Cannac Création lumière : Sébastien Choriol Création son : François Olivier Création musique : Alexandra Lupidi Avec la participation de : Romuald Collinet et de Jo Smith © : Benoit Fortyre

Illustration-de-la-Belle-Saison

www.bellesaison.fr