À travers l’étonnant monologue d’une enfant abandonnée et ensauvagée, Anne Sibran explore le va-et-vient entre l’homme et l’animal. Le Matricule des Anges

Vendredi 1er décembre 2017

20h30

Salon de l’Hôtel de ville de Blâmont

1h00 environ

À partir de 10 ans

 

Réservations auprès de la Communauté de Communes de la Vezouze en Piémont au 03 83 42 46 46

01/12 . 14h15

Séance scolaire

CRÉATION

 

En partenariat avec Scènes & Territoires

Avec le soutien de la ville de Blâmont

JE SUIS LA BÊTE

En 2007, la romancière Anne Sibran écrit « Je suis la bête », étrange monologue d’une enfant abandonnée à deux ans dans une maison perdue au milieu d’une forêt. Sauvée par une chatte enceinte, l’enfant va peu à peu s’ensauvager, apprendre à chasser, à survivre en forêt, jusqu’au jour où elle retrouve les humains.

Autour de cette variation sur le thème de l’enfant sauvage, le spectacle Je suis la bête, proposé  à Blâmont en partenariat avec Scènes et Territoires, est porté par une comédienne et trois musiciens. Dans une imbrication totale avec ce texte puissant qui explore la lisière entre humanité et animalité. Le travail musical se nourrit de sons réels captés dans la nature et transformés. Mixée à des sons abstraits et au grincement des instruments à cordes, cette partition frémissante plonge l’auditeur-spectateur dans un univers sonore étonnant et nouveau. Le tout, diffusé à l’aide de quatorze hauts-parleurs, permet une immersion totale du public, assis au sol dans la pénombre.

Née en 2002 sous l’impulsion du compositeur et contrebassiste Pierre Badaroux, la compagnie (Mic)zzaj, en résidence avec Scènes et Territoires, s’inscrit dans un croisement des langages et des formes artistiques dont l’énergie initiale est la musique et le sonore : cinéma-concerts, concerts sous casques, concert documentaire.

 

D’après « Je suis la bête » d’Anne Sibran Adaptation, conception, composition, contrebasse et live électronique Pierre Badaroux Jeu Odja Llorca Violoncelle Didier Petit Live  électronique, guitare Vivien Trelcat Collaboration à la mise en scène Philipp Weissert Dispositif ambisonique Jean-Marc l’Hôtel Scénographie Barbara Kraft Régie son Jean-Pierre Cohen Régie lumière Frédéric Gillmann © C. Sibran