LA SOUPECIE

Depuis 2004, le travail de la compagnie est impulsé et guidé par Eric Domenicone et Yseult Welschinger. La forme en mouvement et le geste musical constituent le motif initial des recherches axées à la fois sur l’intime et sur les rouages de notre société. La nature des objets mis en scène, leurs manipulations, leurs différents rapports aux comédiens et à la musique, sont autant de médiums permettant de véhiculer une idée, une émotion, une histoire. Leur travail interroge leur rapport au monde, leur façon de s’y inscrire, de l’affronter ou de s’en protéger, leur façon de le vivre, de le composer ou de le transformer.

Dans ce monde du théâtre visuel et de la marionnette contemporaine, leurs spectacles s’adressent aux enfants et aux adultes, souvent les deux à la fois (Romance, présenté au Centre Erckmann en janvier 2016). Pour la deuxième année consécutive, les artistes de La SoupeCie investissent le collège Charles Duvivier d’Einville-au-Jard pour une résidence de création soutenue par le Conseil Départemental.

Je hurle mais tu ne réponds pas, titre de leur prochain spectacle, a pour point de départ un article de presse intitulé « Pourquoi les femmes afghanes risquent la mort pour écrire de la poésie » et la rencontre avec Najiba Sharif, ex-vice-ministre du droit des femmes en Afghanistan, réfugiée politique en France. Il racontera le courage de ces femmes, à travers un récit de fiction et un témoignage autobiographique.

Les artistes partageront avec les élèves leurs questionnements et axes de réflexion sur le sens et sur la forme, pour les inclure dans leur processus de création. Toutes les infos sur ce projets sur la page Expérimentations.