inscription-newsletter
consulter le programme

Parrainage

Claude Magne

et les élèves de l’enseignement art-danse

Après Dominique Boivin et Nathalie Pernette, c’est au tour du chorégraphe bordelais Claude Magne d’accompagner les élèves de l’enseignement Art-danse du Lycée Bichat dans leur pratique et dans leur découverte chorégraphique. Le parrainage, c’est une expérience privilégiée pour les élèves et pour le chorégraphe, des moments de partage autant humains qu’artistiques.

Claude Magne découvre la danse en s’initiant aux pratiques sacralisées de la transe auprès des Ashuars de la forêt péruvienne. De retour en France, il se forme à la danse contemporaine dans le courant expressionniste. Interprète pour de nombreuses compagnies, il commence à chorégraphier en 1989 et crée la Compagnie Robinson à Bordeaux. Il a créé à ce jour près de 80 spectacles qui ont tourné en France et à l’étranger, à l’Opéra Bastille comme en plein air, dans les Maisons des Jeunes comme au Festival International de danse de Tananarive. Sa recherche le conduit à imaginer toute forme de rencontre quel que soit le cadre proposé. Il travaille avec les artistes, les sportifs, les travailleurs sociaux, les enseignants… Ses spectacles s’adressent à tous les publics, car sa danse explore les paysages intérieurs de l’être humain, la mémoire, les émotions et tente de manifester les forces invisibles qui soutiennent nos actions et nos comportements.

Les élèves iront tout d’abord faire connaissance de leur parrain à Sedan le 22 septembre 2016. Il y verront Claude Magne et Francis Albiero, en création de On a repeint Rossinante, spectacle auquel il assisteront le 25 novembre. Une master class de Francis Albiero la veille du spectacle, sera l’occasion de mieux appréhender l’écriture chorégraphique de cette pièce.

Une dizaine d’atelier avec Claude Magne permettra au chorégraphe de partager sa vision de la danse contemporaine. Ces multiples temps de travail répartis tout au long de l’année conduiront à l’élaboration d’un projet chorégraphique collectif autour de la question de l’altérité, qui sera présenté sur scène le 23 mai 2017 et dont voici la première note d’intention du chorégraphe :

« La recherche en danse nous conduit inévitablement dans nos limites. Lorsqu’elles sont atteintes commence l’exploration de l’Autre en nous même.
Des questions se présentent : Qu’est ce qui m’anime ? De quoi suis-je composé ? Qu’est ce qui fonde mon imaginaire ? Jusqu’où puis je me laisser décaler, déplacer ? Quel avatar vais-je accepter de montrer ? Accepter de devenir un autre engendre une ivresse, lève des émotions, rend puissant le mouvement et sa retenue, nous découvre, nous défait. De ce naufrage naissent les rites et les épopées, les poèmes et la nécessité du partage. Pour être moins seul, parce que nous sommes nombreux au-dedans. »

A travers cette rencontre privilégiée avec Claude Magne, les élèves seront invités à réfléchir sur les origine de la danse contemporaine, ses sources d’inspiration. Ils auront également l’occasion de découvrir le courant de danse hip hop et de le mettre en lien avec ses origines africaines. Notamment lors de la conférence de Sophie Moulard, anthropologue, chercheure associée au Laboratoire des Afriques dans le Monde, Sciences-Po Bordeaux ; et l’atelier de pratique en présence d’un danseur africain, le jeudi  09 mars 2017 à 18h00 à la MJC Jacques Prévert de Lunéville (1 rue Maurice Cosson).

Cette conférence s’intitulera « Moderne, vous avez dit moderne ? Ce que le Hip Hop en Afrique dit des traditions ». Le continent africain connaît l’effervescence du mouvement hip-hop depuis le début des années 90, et s’épanouit aujourd’hui dans la plupart des pays : breakdance, rap, graffitis, les jeunesses africaines s’emparent de l’ensemble des expressions du hip-hop en affirmant leur présence dans l’espace public en même temps que leur ouverture au monde. Mais si ce mouvement culturel tend à être considéré comme synonyme de modernité, d’une extraversion tournée vers l’occident, il est plus surprenant de constater que le hip-hop est également très soucieux de revisiter les traditions africaines, de les valoriser et de se les approprier à travers des créations inédites et hybrides.

 
LE PARRAINAGE 2016-2017
  • Septembre : Voyage à Sedan pour une visite de résidence de création
  • Novembre : Découverte d’On a repeint Rossinante
  • Au cours de l’année scolaire : Travail d’écriture chorégraphique au lycée et sur le plateau du Théâtre
  • Mars : Moderne, vous avez dit moderne ? Ce que le Hip Hop en Afrique dit des traditions Conférence de Sophie Moulard, universitaire, proposée à la MJC Jacques Prévert le jeudi 9 mars à 18h
  • Mai : Restitution au Théâtre
    Et comme chaque saison, dans le cadre du PEAC, en complément du parrainage et en partenariat avec Le CCN – Ballet de Lorraine, différents danseurs et chorégraphes de la région dispenseront des cours de pratique.
 
MASTER CLASS

Un programme de master class avec les chorégraphes invités dans la saison est proposé aux élèves de la seconde à la terminale.

Présentation de la section danse en cliquant ici : article section art-danse

 

Professeur relais : Anne Valois
Contact: Damien Listre : dlistre@lameridienne-luneville.fr / 03 83 76 48 66